Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, chez SAM Outillage

L’entreprise d’outillage à main de Saint-Étienne a reçu le ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, ce lundi 18 mars. Très attachés aux valeurs du « Made in France », les dirigeants de SAM Outillage espèrent que les futures mesures gouvernementales aideront les entreprises à envisager l’avenir en ce sens.

SAM Outillage a eu l’honneur de recevoir sur son site historique de Saint-Étienne, Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif.

En cette occasion, Frédéric Champavère, président de SAM Outillage, a exposé au ministre la stratégie de l’entreprise et le plan « cap 100 » présenté en 2011 ; il a réaffirmé également la volonté de SAM Outillage d’œuvrer en faveur de la tradition et de l’innovation française.

Cette visite ministérielle dans notre entreprise nous honore ; j’ai expliqué que ma volonté, aux commandes de SAM Outillage, est aujourd’hui de développer cette entreprise familiale séculaire. forts de notre qualité de fabricant, nous concevons et développons les solutions techniques et technologiques qui n’existent pas encore aujourd’hui et qui vont rendre la mission de nos clients encore plus performante demain.

Depuis deux ans et la mise en place de notre plan de développement stratégique, nous avons déjà réalisé trois acquisitions qui nous ont permis de renforcer notre offre, tant sur le plan des produits et des circuits de distribution avec pts, que géographique avec Rodac.

Grâce à SOVA2I qui a rejoint notre groupe il y a moins de deux mois, nous nous sommes dotés d’un outil industriel performant pour nous permettre de relocaliser en france la fabrication des meubles de rangement et des servantes d’outillage.

Cette dernière acquisition devrait nous permettre, directement et indirectement, de créer une centaine d’emplois en france. pour cela, nous avons besoin d’un climat de confiance. c’est ce que j’ai indiqué au ministre lundi
explique Frédéric Champavère, avant de poursuivre : Sur quelques facteurs exogènes, le soutien des pouvoirs publics serait important, voire déterminant. il serait par exemple opportun et bénéfique de mettre en cohérence les paroles et les actes et de faire en sorte que le "made in france" soit sinon favorisé, du moins pas occulté, et en particulier dans les marchés publics a conclu frédéric champavere, avant d’offrir à Arnaud montebourg quelques outils signés sAm outillage dont le ministre a pu découvrir la fabrication sur place.